Certaines villes se dressent contre les compagnies de transport privées, comme Uber et Lyft, qui veulent s’installer dans leurs rues. Mardi, 15 villes, dont New York, Los Angeles, Chicago, Miami, San Francisco et Bogota, en Colombie, ont déclaré avoir créé un organisme sans but lucratif appelé Open Mobility Foundation, qui se consacre à la collecte, à l’entretien et à la normalisation de l’information sur les endroits où les véhicules partagés – notamment les voitures, les scooters, les trottinettes et les bicyclettes – sont garés.

La fondation prendra le contrôle de la Mobility Data Specification, un outil numérique créé par le département des transports de Los Angeles. LADOT a utilisé une norme pour solliciter et organiser des informations sur les scooters partagés : où ils sont garés, où ils voyagent, et s’ils sont cassés ou chargés. Les villes peuvent également utiliser l’outil pour partager l’information avec les entreprises, par exemple, au sujet d’événements spéciaux dans la région qui pourraient entraîner une hausse de la demande.

Pour l’instant, l’outil n’a été utilisé que pour recueillir et partager de l’information sur les scooters et les vélos. Mais les villes qui l’utilisent aujourd’hui pensent qu’il pourrait être utile pour réglementer les voitures partagées et même les taxis autonomes.

50 autres villes dans le monde, cherchant un moyen simple de suivre les nouveaux scooters souvent controversés dans leurs rues, ont également adopté la norme Mobility Data Standard. Bon nombre d’entre elles exigent des entreprises qu’elles soumettent des données dans ce format si elles veulent exercer leurs activités dans les villes, ce qu’elles peuvent faire parce que les scooters, contrairement aux entreprises de transport routier, sont généralement réglementés à l’échelon municipal.

Les villes disent que l’information les aidera à améliorer leurs systèmes de transport et à les rendre plus sécurisés. « Nous avons d’énormes défis à relever, qu’il s’agisse de sécurité, de climat, de santé publique ou d’équité », explique Seleta Reynolds, directrice générale de LADOT.

Les données aident également les villes à réglementer les sociétés de transport, en indiquant aux autorités si les véhicules sont utilisés aux bons endroits. À Los Angeles, par exemple, les utilisateurs de scooters sont interdits sur de nombreuses promenades ; d’autres villes veulent s’assurer que les scooters fonctionnent aussi souvent dans les quartiers à faibles revenus que dans les quartiers à revenus élevés.

Au départ, les entreprises étaient opposées à cette norme de données. Elles ont également fait valoir que des efforts intensifs de collecte de données gouvernementales pourraient nuire aux utilisateurs, parce que les gouvernements pourraient ne pas être en mesure de protéger ces informations sensibles. Maintenant que la responsabilité de la norme de données est entre les mains des responsables des transports des États-Unis, le traitement des données sensibles « sera l’un des travaux les plus importants de la fondation « , dit M. Reynolds.

Toutes les entreprises privées n’ont pas été invitées à travailler avec les villes sur cette nouvelle fondation. Seuls Spin, un opérateur de partage de scooters appartenant à Ford, et Bird, un service de partage de scooters, sont des « membres fondateurs » de l’Open Mobility Foundation. Reynolds dit que les responsables municipaux qui ont créé la fondation n’ont pas approché Uber et Lyft, qui gèrent des entreprises de vélos et de scooters en libre-service et ont soutenu la législation locale qui limiterait les types de données que les villes sont autorisées à collecter. Lyft et Uber ont refusé de s’exprimer sur le sujet.

Donner le contrôle de la norme à une fondation ne résout pas la politique désordonnée autour des scooters. Mais au moins pour certaines entreprises qui se sont disputées des places à table, cela signifie un soulagement. « Nous sommes impatients de participer à d’importantes discussions », a déclaré Ariella Steinhorn, porte-parole de Spin. « Nous sommes excités à l’idée de travailler ensemble comme partenaires plutôt que comme adversaires. »