Contenu dématérialisé : le futur des jeux vidéo ?

Sommaire

Depuis que les nouvelles technologies ont fait leur apparition, les moyens de communications ont su se doter d’incroyables capacités, les possibilités se démultiplient à une vitesse folle. Les tablettes, les smartphones, les ordinateurs nouvelles générations et les consoles de Jeu Vidéo Next Gen sont devenus de véritables machines surpuissantes : le contenu dématérialisé a pu être transporté et offrir une qualité sans précédent.

 

Jeux Vidéo : l’exemple des Jeux PC, du Gamepass de Microsoft et des contenus dématérialisés

 

Les ordinateurs sont les exemples de supports de jeux qui ont su aborder très tôt le virage du contenu dématérialisé face aux consoles de jeux vidéo. Deux mondes, deux mentalités assez différentes, mais qui trouvent depuis peu un chaînon commun les unissant via une plateforme commune faisant le lien entre joueurs sur consoles et sur ordinateurs et pouvant jouer autour de jeux identiques. Une prouesse technologique qui s’annonce comme le début d’une révolution Online pour l’industrie des Jeux Vidéo.

 

Consoles Versus PC : une différence fondamentale dans les habitudes des joueurs

 

Avec des habitudes de jeux différentes et des ordinateurs qui s’upgradent en améliorant constamment leurs ressources matérielles (carte mère, carte graphique…) : les PC ont pu offrir un Hardware (matériel) améliorable et du Software (logiciels / jeux) évolutif. Lorsque des jeux triple A comme The Elder Scrolls, Fortnite ou GTA V sortent sur consoles, peu de mises à jour d’extensions, de contenus sortent, comparé aux versions sur ordinateurs. Qui se dotent de très nombreuses extensions autour du jeu de base : les gamers créent même du contenu exclusif qui se voit régulièrement incorporé sous forme d’extensions dématérialisées. Ce qui n’est pas le cas des opus consoles, hormis de rares extensions de jeu qui sortent épisodiquement sur consoles de salon. C’est d’ailleurs pour cela que les joueurs PC téléchargent un tas de contenus via des cartes prépayées pour ajouter des fonctionnalités exclusives : comme avec la Guild Wars 2 Gem Card qui offre d’incroyables ajouts dématérialisés pour le légendaire jeu Guild Wars 2.

 

Gamepass : l’arme ultime de Microsoft en mode contenu dématérialisé !

 

Microsoft Xbox – Xbox Live – le début d’une révolution pour le contenu dématérialisé en ligne

Alors que Microsoft était éditeur, développeur de jeux vidéo : la firme américaine a eu l’énorme ambition de devenir constructeur de consoles en lançant sa Xbox en 2001. Arrivant sur un marché des consoles de salon trusté par SEGA, qui venait de sombrer (avec sa fabuleuse Dreamcast), en voyant la place à prendre. Pendant que Sony (PlayStation 2) et Nintendo (Gamecube) s’affrontaient farouchement. Microsoft prend la succession de SEGA, avec de fortes similitudes (port 4 manettes, début du jeu en ligne, manette révolutionnaire et grande diversité des jeux) : la firme avait su mettre tout le monde d’accord via sa Xbox Live et fédérer une réelle communauté de joueurs. C’est à partir de là que la firme US (prenant symboliquement la suite d’Atari, firme US légendaire dans l’histoire des jeux vidéo) se lançait dans la diffusion de contenu dématérialisé de jeu en ligne. Depuis, un véritable travail de fourmi a été fait : en améliorant réseau, catalogue de jeu proposé et contenu dématérialisé.

 

Gamepass et Gamepass Ultimate : le pont technologique réunissant joueurs PC, consoles, smartphones et tablettes !

Sur de solides bases, le Gamepass avait pu être lancé en 2017 et le Gamepass Ultimate a fait son arrivé en 2019 : réunissant enfin joueurs PC et consoles pour 12,99 € / mois ! D’ailleurs, Microsoft accueille depuis peu les joueurs de Smartphones et tablettes (version Beta) via un astucieux système de Cloud dans certains jeux. Les services de jeu en ligne made in Microsoft s’approchent désormais des 30 millions de joueurs dans le monde, abolissant les frontières et accélérant le contenu dématérialisé : l’une des facettes de ce que pourrait-être le jeu vidéo dans le futur.

Partager sur
Facebook
Twitter
LinkedIn

Le choix des éditeurs