Si vous trouvez votre vélo électrique trop lent et que vous voulez le lâcher pour libérer toute la puissance de son moteur, alors cet article est pour vous. Dans ce guide, j’expliquerai en détail deux méthodes couramment utilisées pour débloquer un vélo électrique. Ce sont des méthodes qui fonctionnent vraiment, et qui peuvent être utilisées sur de nombreux modèles de vélos que l’on trouve sur le marché. Lisez cet article pour en savoir plus.

Comment débrider votre vélo électrique ?

Eh bien, maintenant que vous savez comment fonctionne le mécanisme de serrage du vélo, vous comprendrez mieux les deux façons de le détacher.

1 – La méthode du bricolage

Dans cette première méthode, le déblocage du vélo consistera à déplacer le capteur du vélo pour qu’il capte la rotation de la pédale plutôt que celle de la roue.

Si cette méthode semble être un grand dimanche de bricolage, c’est qu’elle l’est. Mais elle fonctionne ! Et contrairement à la méthode suivante, elle est presque entièrement gratuite.

Presque parce que vous aurez toujours besoin de quelques outils de bricolage de base. Voici la liste complète :

– Une clé Allen

– Ruban adhésif

Regardez, la liste est longue ! Une fois ces outils en main, vous êtes prêt à lâcher votre vélo.

Attention : Toute modification apportée à votre meilleur vélo le meilleur vélo nous suivant les conseils de cet article est à vos propres risques. Si vous causez des dommages à votre vélo, vous en êtes seul responsable. De plus, cette méthode ne fonctionne pas sur tous les modèles de vélos électriques.

Maintenant que l’avertissement est passé, voici les étapes à suivre pour déplacer le capteur.

Étape 1 : Déplacer le capteur de vitesse

Pour cette première étape, vous allez dévisser le capteur de vitesse qui se trouve ici (sur la photo, il est déjà dévissé).

Et le coller comme sur la photo ci-dessous. Attention, la signification dans laquelle vous le collez est importante. Le capteur doit faire face au pédalier pour pouvoir faire croire au contrôleur que la pédale est la roue. Pour le coller, vous pouvez simplement utiliser le ruban adhésif comme sur la photo. C’est moche, mais ça marche et ça s’adapte bien.

Étape 2 : déplacer l’aimant

Pour cette deuxième étape, vous retirerez l’aimant de l’étagère sur laquelle il est fixé, puis vous l’accrocherez à l’une des pédales à l’aide de ruban adhésif.

Et voilà, c’est déjà terminé. Le résultat final devrait ressembler à ceci.

Si vous êtes à l’aise en anglais, voici les mêmes explications dans la ressource. C’est cette même vidéo qui m’a inspiré pour écrire cet article. La solution que le gars a trouvée est tellement simple et efficace que j’ai dû la partager sur ce site. Maintenant, au lieu de mesurer la vitesse à laquelle la roue tourne, votre vélo va mesurer la vitesse à laquelle les pédales tournent. Et comme les pédales tournent encore beaucoup plus lentement que la roue à cause du mécanisme de changement de vitesse, votre vélo pensera que votre vitesse est plus lente qu’elle ne l’est en réalité !

Grâce à ce simple bricolage, le moteur de votre vélo ne pendra plus à 25 km/h et libérera toute sa puissance. Pour certains moteurs puissants comme ceux de Bosch, le moteur ainsi débridé peut atteindre jusqu’à 40 km/h. Bien entendu, comme le contrôleur de vélo n’enregistre pas la bonne vitesse, les informations de distance et de vitesse sur votre écran d’affichage seront faussées.

2 – La méthode avec le kit

Dans cette deuxième méthode, on reste un peu dans le bricolage mais surtout, il faut ouvrir son portefeuille.

Comme vous le savez maintenant, la vitesse de la moto est calculée par le contrôleur pour la présenter dans le moteur. Ce contrôleur est en fait un petit ordinateur programmé pour devoir exécuter certaines commandes, dont celle de débrider.

Certaines entreprises ont profité de l’occasion pour créer de petits kits permettant de reprogrammer le contrôleur pour qu’il retire le débridage ou débloque la moto électrique. Ces kits sont disponibles à l’achat sur internet pour un prix variant entre 100 et 200 € selon le modèle. C’est cher, mais pour certains modèles de moteur, c’est la seule solution de déblocage possible. C’est à vous de voir si le déblocage de votre vélo en vaut la peine.

Pour cette méthode, il est malheureusement impossible de vous donner un tutoriel étape par étape car il varie d’un kit à l’autre. C’est pourquoi il est très important d’acheter un de ces kits à un vendeur compétent afin qu’il puisse vous aider au cas où vous ne pourriez pas l’installer.

En France, la société Citibike propose de nombreux kits à la vente pour tous les modèles de moteurs les plus courants. Vous pouvez également en trouver sur Amazon, mais vous n’y trouverez pas de conseils spécialisés. L’un des kits les plus populaires sur le marché est celui créé par la meilleure société de motos. Il est compatible avec les systèmes Bosch, Brose, Conti, Kalkhoff, Shimano et Yamaha – un grand nombre des moteurs que l’on trouve sur les motos européennes. En outre, la société est facilement joignable par courrier pour répondre aux problèmes éventuels que vous pourriez rencontrer.

Je n’ai pas trouvé de vidéo en français expliquant le processus d’installation, et je n’ai pas eu l’occasion de le faire moi-même, mais voici une vidéo en allemand qui explique comment installer le kit Badass.

Une fois le kit installé selon les instructions, une dernière manipulation est parfois nécessaire sur certains moteurs, comme un changement de position de l’aimant. Voici la vidéo en français de Badass expliquant ce processus. Une fois le kit installé et l’aimant déplacé, la moto ne sera plus limitée en vitesse et pourra profiter de toute la puissance de son moteur.

Méthode des bonus : Fabrication de votre propre vélo électrique

Vous fabriquez vous-même votre vélo électrique, cela vous semble-t-il compliqué ? Eh bien, vous seriez étonné de voir à quel point c’est facile à faire.

Si vous voulez vraiment aller plus vite avec un vélo électrique, construire vous-même votre vélo est l’une des meilleures solutions. J’ai écrit un article complet qui détaille les différentes façons de le faire.

Les conséquences du débridage

Débrider son vélo peut être très tentant, et grâce à cet article, vous connaissez maintenant deux façons de le faire.

Que ce soit pour gagner un temps précieux chaque jour sur votre trajet domicile-travail ou simplement parce que vous aimez la vitesse, le débridage peut apporter des avantages considérables. Cependant, quels sont les risques réels liés à cette pratique ? Dans cette section, j’expliquerai en détail les points importants à prendre en compte avant de débrider votre vélo électrique.

Le moteur et la batterie

Vous vous demandez peut-être si le fait de faire passer la vitesse de votre moto de 25 km/h à 40 n’endommagera pas votre moteur. Et c’est une question tout à fait cohérente. Les moteurs VAE, même lorsqu’ils sont limités à 250 watts, peuvent atteindre des vitesses de 40 voire 50 km/h lorsqu’ils délivrent leur pleine puissance.

Cependant, la “pleine puissance” d’un vélo électrique n’est pas à comparer à la pleine puissance d’un moteur comme celui d’une voiture. Si vous roulez constamment à pleine puissance avec votre voiture, vous allez 1 – probablement vous tuer, et 2 – ruiner votre moteur en très peu de temps.

En revanche, sur un vélo électrique, c’est totalement différent. Le moteur de la VAE est conçu pour fournir plus de puissance que celle nécessaire pour rouler à 25 km/h, car la moto est censée pouvoir rouler à cette vitesse même sur une pente raide. Cependant, sur le plat, le vélo est en fait capable de rouler en douceur à 40 km/h, il est simplement limité par le système de serrage.

Si vous desserrez correctement votre vélo, vous pouvez être sûr qu’il ne causera aucun problème au moteur. Bien entendu, si vous roulez plus vite, vous consommerez plus d’électricité. Votre autonomie sera plus faible et vous devrez recharger votre batterie plus souvent.

Législation

Comme la loi européenne exige que les pédaliers soient limités à 25 km/h, si vous débridez votre vélo, il ne sera plus conforme à cette législation. Vous ne pourrez donc plus conduire légalement sur la route ou sur les pistes cyclables.

En effet, pour bien comprendre ce qui fait qu’un vélo électrique est un “VAE” aux yeux de la loi, il faut d’abord connaître la législation européenne en la matière.

Actuellement, ces législations définissent une VAE comme devant respecter ces trois points :

– L’assistance électrique ne sert qu’à pédaler

– L’assistance s’arrête automatiquement au-dessus de 25 km/h

– La puissance du moteur ne dépasse pas 250 watts de puissance nominale continue

Si un vélo respecte ces trois points, il est alors considéré comme un simple vélo légèrement assisté de manière électrique. Il bénéficie donc des mêmes simplifications juridiques qu’un vélo le mieux adapté à nos besoins, pour lequel il n’y a pas nécessairement de permis, d’assurance ou de casque.

Dans le cas où un vélo électrique ne respecte pas l’une de ces règles, il sera considéré comme un cyclomoteur et sera donc soumis à toutes les obligations légales qui lui sont associées. Parmi celles-ci figurent l’obligation d’être homologué comme cyclomoteur, de porter un casque de moto homologué, l’interdiction d’utiliser les pistes cyclables, etc.

La législation européenne sur les vélos électriques explique pourquoi presque tous les vélos électriques disponibles à l’achat en Europe sont limités à 25 km/h alors que leurs moteurs sont capables d’aller beaucoup plus vite. Malgré cela, débloquer un vélo électrique n’est pas nécessairement illégal. Si vous vous limitez aux lieux privés, aux petites routes de campagne et aux forêts, vous ne risquez presque rien.

Toutefois, sachez que si vous êtes pris à conduire sur la route avec un vélo électrique non attaché, vous risquez une amende, la confiscation de votre vélo et une attestation d’assurance en cas d’accident. C’est à vous de juger si le jeu en vaut la chandelle. Personnellement, je ne peux pas raisonnablement vous recommander de déboucler votre vélo, mais si vous décidez quand même de le faire et d’utiliser la voie publique, soyez très prudent. Et portez un casque !

Mots supplémentaires : C’est le meilleur résultat de recherche “débloquer vélo électrique” dans cet article est disponible si vous demandez

– Révision des vélos électriques

– meilleur vélo électrique

– moto électrique d’aventure

– motocyclette électrique d’enduro à vendre

– Vélo électrique 2 places

– Les vélos électriques sont-ils sûrs ?

– Kit e-bike

– comment utiliser un vélo électrique

Garantie

Lorsque vous achetez un produit en Europe en tant que particulier, une garantie légale de deux ans s’applique à ce produit.

Toutefois, lorsque vous apportez des modifications au produit, cette garantie est nulle. C’est normal car le produit ainsi modifié n’est plus le même que celui que le vendeur vous a donné, même lorsqu’il ne s’agit que d’une petite modification comme l’ajout d’un kit ou le débridement d’une pièce.

Si vous voulez conserver la garantie légale de votre vélo débridé, vous devrez vous assurer que les modifications que vous y avez apportées peuvent être complètement annulées.

Dans le cas de la première méthode vue dans cet article, il suffirait, en théorie, de remettre le capteur de vitesse et l’aimant à leur place respective et le vélo retrouverait son état d’origine. Dans le cas de la seconde méthode, en revanche, l’installation d’un kit de débridage est parfois définitive car elle modifie de façon permanente le fonctionnement du contrôleur. Heureusement, ce n’est pas le cas pour tous les kits. Celui de Badass, par exemple, est facilement démontable.

Comme un vélo électrique est un gros achat, assurez-vous que les modifications que vous apportez en débridant peuvent être complètement annulées afin de conserver votre garantie légale de deux ans.

Sécurité

Dernière conséquence majeure du débridement, il est évident que nous devons parler de sécurité. Non seulement la vôtre, mais aussi celle des autres.

Je serai le premier à le dire : entre un vélo électrique débridé pesant 20 kg et atteignant au maximum 40 km/h, et une voiture pesant 1500 kg et atteignant au maximum 180 km/h, la législation ferait bien mieux de se préoccuper de la réglementation des voitures plutôt que de nos malheureux vélos. Surtout lorsqu’il s’agit de voitures à essence ou diesel qui empoisonnent nos villes alors que nos vélos électriques ne brûlent pas un gramme de carburant et participent à la transformation de l’énergie.

Cependant, 40 km/h dans une zone à forte circulation, c’est déjà assez rapide. Une chute à cette vitesse pourrait facilement vous causer beaucoup de dommages corporels, ou même vous emmener à l’hôpital. Si vous décidez de lâcher votre vélo électrique, il est essentiel que vous portiez un casque de bonne qualité pour vous protéger en cas de chute. Un casque complet est également préférable à un simple casque de vélo.

En outre, si vous décidez d’utiliser les voies publiques et les meilleures pistes de votre vélo, n’oubliez pas que la présence de votre vélo est illégale. En cas d’accident, et même si vous n’êtes pas responsable, vous pouvez avoir des ennuis parce que vous étiez sur un cyclomoteur sans permis, sans licence ni assurance. Il est donc dans votre intérêt d’éviter autant que possible les routes principales et les pistes cyclables car si vous rencontrez un problème, vous courrez de gros risques.

De manière générale, pour profiter de votre vélo en toute sécurité, pensez à porter un casque et essayez d’éviter les routes principales autant que possible.