TENDANCE
Sommaire

Dans un procès fédéral déposé hier aux Etats-Unis, un groupe de créateurs de vidéos LGBTQ+ affirme que YouTube discrimine leur contenu. Le groupe allègue que YouTube supprime leurs vidéos, restreint leur capacité à monétiser leurs chaînes et applique ses politiques de manière inégale, donnant plus de marge de manœuvre aux producteurs ayant une grande audience. Selon le Washington Post, la plainte fait valoir que YouTube déploie  » des pratiques illégales de régulation, de distribution et de monétisation du contenu qui stigmatisent, restreignent, bloquent, démonétisent et nuisent financièrement aux plaignants LGBT et à l’ensemble de la communauté LGBT. « 

 

Dépôt de plainte contre YouTube pour discrimination

Comme le souligne le Washington Post, le logiciel de YouTube est tenu secret, de sorte que les créateurs se demandent souvent pourquoi leur contenu est supprimé. Les plaignants estiment que les algorithmes et les réviseurs humains de YouTube repèrent et suppriment les contenus contenant des mots comme  » gay « ,  » lesbienne  » ou  » bisexuel « . Bria Kam et Chrissy Chambers affirment que YouTube a restreint certaines de leurs vidéos et a fait chuter leurs revenus mensuels de 3 500 euros à environ 500 euros. D’autres créateurs affirment que l’incapacité de YouTube à traiter les commentaires haineux les a obligés à désactiver les commentaires, ce qui a ensuite limité leurs gains potentiels. Bien que YouTube n’ait pas répondu aux allégations, il n’a pas les meilleurs antécédents. En 2017, des utilisateurs ont remarqué que son mode restrictif bloquait systématiquement les vidéos à contenu LGBTQ+. Elle s’est excusée et a corrigé le bug qui était censé être à l’origine du problème. Plus récemment, la plateforme a été critiquée lorsqu’elle a refusé de retirer des vidéos racistes et homophobes du commentateur conservateur controversé Steven Crowder. Plus tard, certains modérateurs ont affirmé avoir fait des exceptions pour les créateurs ayant une audience plus importante. En réponse, YouTube a déclaré qu’il avait deux séries de normes de conduite : une pour les créateurs qui peuvent bénéficier de la publicité d’une part et des directives un peu plus souples pour la communauté YouTube générale d’autre part. Certaines des préoccupations soulevées dans le procès font écho à celles qui circulent à Washington. Comme certains législateurs, les plaignants affirment que YouTube et Google ont amassé trop de pouvoir.  » En contrôlant environ 95 % des communications vidéo publiques qui se produisent dans le monde, Google et YouTube exercent un pouvoir sans égal et une discrétion sans entrave pour appliquer des politiques de contenu fondées sur le point de vue d’une manière qui leur permet de choisir les gagnants et les perdants « , a déclaré l’avocat des plaignants, Peter Obstler, au Washington Post.

Partager sur
Facebook
Twitter
LinkedIn