Travailler en tant que freelance est déjà un statut en soi, mais cela ne suffit pas lorsque vous devez facturer votre prestation. Il faut, en effet, choisir un statut juridique. Avant de vous lancer dans cette aventure en tant que développeur web, il est d’abord important de déterminer votre statut juridique. Voici les possibilités qui s’offrent à vous.

La microentreprise ou le statut d’autoentrepreneur

En tant que développeur web en freelance, vous pouvez exercer votre activité sous le statut d’autoentrepreneur. Ce statut est particulièrement avantageux dans le cas où la plupart des missions sont ponctuelles. Si votre rémunération ne dépasse pas les 70 000 euros, vous ne serez pas soumis à la TVA.

Si vous percevez plus, vous ne pourrez pas bénéficier du statut d’autoentrepreneur. Ce statut ne permet pas de cotiser à la retraite des salariés et à pôle emploi. En plus, vous ne pourrez pas déduire vos frais professionnels. De ce fait, vous devez souscrire à diverses assurances, dont le RC professionnel, la prévoyance et la mutuelle.

Le portage salarial

Si vous êtes développeur web en freelance, vous êtes éligible au portage salarial en faisant partie d’une entreprise, un service informatique ou une agence web. Vous pouvez effectuer vos missions en étant à la fois un indépendant et un salarié de la structure pour laquelle vous travaillez.

Ce statut hybride se situe entre le salariat et l’entrepreneuriat. Il vous permet de travailler en tant que freelance tout en bénéficiant de tous les avantages du statut de salarié. En plus, vous avez l’avantage de pouvoir collaborer avec d’autres clients. En optant pour le portage salarial, il n’est plus nécessaire de créer votre propre entreprise. C’est la société de portage qui gère la gestion administrative, ainsi que les déclarations sociales et fiscales. Le contrat du développeur web peut se faire en CDI ou en CDD et cotise pour la retraite, le chômage et la sécurité sociale.

La société unipersonnelle

Ce statut permet de choisir entre le statut de société par actions simplifiées unipersonnelle ou SASU et le statut d’EURL ou entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée. Votre patrimoine de développeur web sera totalement distinct de celui de votre entreprise. Avec ce statut, vous disposez de votre propre personnalité juridique. En plus de cela, il exige que vos enjeux financiers ne dépassent pas le montant de votre capital social.

Pour obtenir ce statut, il faut faire la rédaction des statuts, remplir un formulaire d’immatriculation, publier une annonce légale et présenter d’autres documents. Son fonctionnement est beaucoup plus contraignant, car il faudra faire une tenue de compte annuelle et une comptabilité commerciale complète. La mise en place d’un suivi juridique implique un procès-verbal, mettant en avant la décision de l’associé unique.

Le statut d’EURL permet d’être uniquement taxé sur les dividendes et les rémunérations obtenues avec un statut social de travailleur non salarié. Les salaires seront principalement déductibles du résultat imposable. En optant pour une SASU, l’impôt sera calculé sur la base du résultat réalisé avec un statut social de salarié.