Bien que la cryptographie soit très connue dans le secteur de la transmission sécurisée d’information, la stéganographie elle, l’est beaucoup moins. Le premier concept consiste à faire une écriture indéchiffrable pour un message, tandis que le second permet de cacher des messages indiscernables. Nous allons nous intéresser particulièrement à ce dernier. Découvrez dans l’article suivant tout ce qu’il faut savoir sur l’art de la dissimulation de données.

La stéganographie : Qu’est-ce que c’est ?

La stéganographie est un art qui permet de dissimuler des données à l’intérieur d’autres données. Si la cryptographie repose sur les messages incompris, la stéganographie est basée sur des messages introuvables.

Avec l’évolution fulgurante de la technologie informatique, certaines techniques peuvent donc être employées pour dissimuler un document ou autre sans attirer l’attention. En général, les fichiers porteurs d’informations sont les images JPEG, BMP, GIF ou Vidéos ; ou également des sons au format MP3.

code

Une dissimulation d’information dans des images : Comment ça fonctionne ?

Il existe différentes méthodes permettant de cacher des informations dans une image. Avant de les énoncer, rappelons que le pixel est composé de trois octets : Un premier octet pour la composante de couleur rouge, un second pour la composante de couleur verte et un troisième et dernier pour la composante de couleur bleue.

C’est de là que provient le terme RVB (Rouge Vert bleu) offrant à l’œil humain une perception d’une multitude de couleurs différentes. L’image est donc la dérivé d’un stockage de fichier contenant des pixels RVB.

Pour dissimuler une information à l’intérieur d’une image, un bit est utilisé pour chaque octet RVB composant chaque pixel de l’image en question. Il est à préciser que si 1 bit est retiré d’une image, une dégradation de celle-ci provient sans être détectable à l’œil nu. Ce bit retiré est alors récupéré pour stocker n’importe quelle donnée souhaitée.

Pour pouvoir cacher un message à l’intérieur d’un document, le 1/8 de la taille de l’image peut alors être exploité. Pour une image de 800×600 pixels par exemple, il est possible de stocker une information de 180 000 octets. Globalement, c’est la technique de stéganographie la plus utilisée.

Les techniques utilisées pour dissimuler un message dans une image

Pour cacher un document dans une image, trois méthodes distinctes peuvent être utilisées :

  • La technique LSB (Least significant Beat) ou bit de poids faible, qui consiste à faire une modification d’un bit de poids faible des pixels qui codent l’image ;
  • La technique de dissimulation d’image dans une image, consistant à faire un remplacement des bits de faibles poids de l’image qui cache par les bits de poids forts de l’image à cacher ;
  • La technique de dissimulation de texte dans une image, une méthode qui requiert deux programmes différents.

 

L’importance de la confidentialité des systèmes d’informations

Le système de contrôle des flux d’informations est primordial pour n’importe quelle entité : pour une entreprise, un Etat ou tout simplement un particulier. Chacun de ces acteurs dispose d’information et de documents confidentiels à préserver. Ce besoin de confidentialité pousse alors les organismes à employer des systèmes de cryptographies tels que le stéganographie.

Pour éviter les éventuels risques pouvant porter atteintes à la communication, quel qu’elle soit, il est préférable de chiffrer les informations. L’objectif est de pouvoir faire une communication en toute discrétion.

Les industries actuelles emploient également la stéganographie pour cacher un copyright à l’intérieur d’une œuvre protégée, que l’on appelle « watermaking ». En effet, le watermaking est une technique qui sert de preuve à l’originalité d’un œuvre d’art en cas de litiges.

crytopgraphie

La stéganographie : Une méthode pour propager les virus

Malheureusement, bien que la stéganographie soit en principe utilisée pour améliorer les systèmes de sécurité. L’art de dissimulation peut également être utilisé pour des finalités autres, qui vont dans le sens inverse.

La stéganographie est alors un concept très employé dans l’univers du malware pour infecter les systèmes informatiques des ordinateurs avec des fichiers qui paraissent sans danger.

Les virus sont donc intégrés dans certains documents récupérés pour ensuite atteindre le système central d’un ordinateur sans que l’utilisateur ne s’en aperçoive.

La stéganographie est-elle sans faille ?

Comme tout système, la stéganographie dispose de certaines limites. La nature d’un document en question impacte fortement le pouvoir de dissimulation d’informations. Pour une image BMP qui dissimule une information par exemple, lorsque l’image est convertie en un format JPEG, l’information dissimulée est détruite.

La recherche d’information cachée via la technique de stéganographie porte un nom : « La steganalysis ». L’enjeu principal de cette recherche consiste à savoir par quel moyen une information est cachée pour pouvoir la décrypter.