TENDANCE
Sommaire

La nécrologie des cookies tiers a de nouveau été écrite avec la récente agitation médiatique autour de l’utilisation de super cookies, le projet de faire payer aux consommateurs des tarifs distincts pour ne pas suivre leur comportement sur Internet, l’annonce par Mozilla qu’il bloquera par défaut les cookies tiers et les craintes que d’autres grands fournisseurs de navigateurs ne suivent. C’est dommage, car la disparition du cookie tiers éliminera une force démocratisante sur Internet et désavantagera encore plus les petits et moyens éditeurs professionnels déjà assiégés dans l’écosystème de l’édition et de l’adtech.

 

Pourquoi, me demanderez-vous ?

Pour de nombreux petits et moyens éditeurs, qui n’ont pas l’empreinte nécessaire pour générer de grandes quantités de données de première partie, le cookie tiers fournit un moyen essentiel et indépendant de comprendre et de monétiser le comportement des lecteurs et d’améliorer leurs expériences.

Les analyses et les rapports alimentés par les données des cookies fournissent des informations qui permettent aux éditeurs de créer et de gérer le contenu que leurs lecteurs engagés veulent consommer. Grâce aux puissantes plateformes désormais disponibles sur le marché, les éditeurs peuvent utiliser ces analyses pour comparer les préférences de contenu de leur public et les valeurs d’audience sur le Web. Les éditeurs travaillent avec une variété quasi illimitée de partenaires qui offrent des avantages à la fois aux lecteurs et aux éditeurs. Par exemple, ShareThis permet aux lecteurs de partager facilement le contenu du site et fournit aux éditeurs des données analytiques sur le partage des lecteurs sur le web. Le cookie tiers est actuellement l’outil de choix pour la publicité ciblée qui rapporte aux éditeurs professionnels de petite et moyenne taille, dont les revenus sont déjà limités, un CPM plus élevé par impression. Notre réseau, par exemple, voit des CPM de 200% et plus pour les campagnes ciblées par rapport aux CPM du réseau. L’éditeur professionnel de petite et moyenne taille crée un contenu de niche que les lecteurs engagés recherchent. Sans le cookie, il serait plus difficile pour les éditeurs de comprendre et de monétiser ces audiences. Sans un modèle de monétisation réussi pour l’éditeur indépendant, nous perdrons une partie de la variété de contenu qui fait du web ce qu’il est aujourd’hui. Les avantages des éditeurs doivent être équilibrés par rapport aux avantages et à la vie privée des lecteurs. Les consommateurs méritent un contenu de qualité, le respect de leur vie privée et doivent être informés et pouvoir choisir quand leurs données sont collectées et comment elles sont utilisées. Cependant, tout cet excellent contenu produit par les petits et moyens éditeurs professionnels n’est pas gratuit. Avec la baisse des abonnements payants et les résultats mitigés des paywalls, de nombreux éditeurs, en particulier dans les petites et moyennes publications, gagnent leur vie en diffusant des publicités ciblées, souvent activées par le cookie, parallèlement à leur contenu. Le cookie tiers a véritablement contribué à démocratiser l’Internet en permettant aux éditeurs indépendants d’être exactement cela – indépendants. 
 

 

Partager sur
Facebook
Twitter
LinkedIn