L’IA pourrait envahir le monde

 

Un programme de bon sens pour les machines

 

Cela pourrait vous sembler sortir tout droit de Terminator, et nous ne pouvons pas vous blâmer de penser ainsi. Mais l’IA pourrait bien envahir le monde. 2 milliards d’euros ont été investis dans un projet. Ce projet s’intitule programme de bon sens pour les machines. Comme son nom l’indique, il s’agit d’enseigner le bon sens aux machines, ce qui est plus facile à dire qu’à faire. Ce projet exposera les problèmes auxquels les machines sont confrontées aujourd’hui et contribuera à les résoudre. Chacun sait qu’il ne s’agit pas d’un problème qui sera résolu en un an ou deux, mais plutôt d’un processus continu qui peut prendre de nombreuses années à affiner. L’IA devra donc être capable d’aller au-delà de son objectif. Oubliez donc les robots qui sautent par-dessus une clôture, mais attendez-vous plutôt à des robots capables de reconnaître des objets du quotidien comme une pomme ou une table. 

 

 » L’absence de bon sens empêche un système intelligent de comprendre son monde, de communiquer naturellement avec les gens, de se comporter raisonnablement dans des situations imprévues et d’apprendre de nouvelles expériences. « 

Le principal problème est que le bon sens peut être difficile à définir. La célèbre citation qui s’applique si bien à cette situation :  » Le bon sens n’est pas si commun.  » Non seulement le bon sens n’est pas commun dans l’IA, mais il peut être difficile à tester et à reconnaître.

Le sens commun peut inclure beaucoup de choses comme le fait que les humains mangent sur la table, que les humains utilisent la salle de bain quand ils ont besoin de prendre une douche et que les pommes et les oranges sont des fruits différents. Ces déclarations ont du sens pour tout humain âgé de plus de deux ans, mais expliquer ces concepts à une machine peut être un véritable défi.

Les humains peuvent programmer des conditions dans les robots, comme ouvrir le tiroir avant d’y insérer quoi que ce soit ou peler une orange avant de la manger. Le défi réside dans l’extrapolation de ces informations, de sorte que le robot utilise sa propre intuition, la combine avec l’expérience pour prendre des décisions en temps réel dans différents scénarios.

 

Il y a des agents (acteurs intentionnels), des lieux (navigation spatiale) et des objets (physique intuitive) impliqués. Les gestionnaires du projet proposent de développer  » des modèles computationnels qui apprennent de l’expérience et appliquent les principaux domaines de la fonction cognitive tels que mis en évidence par la psychologie du développement « . Heureusement, il y a des gens qui travaillent dans ce domaine et qui ont près de 4 décennies d’expérience à leur actif.

 

Scénario possible 

Il implique plusieurs scénarios, chacun ayant différents choix, mais un seul bon choix, comme une question à choix multiples. Un scénario plausible pourrait être : Un robot veut monter dans le bus, il attend donc à la gare routière que le bus arrive. Que doit-il faire ?

Faire signe au chauffeur de bus pour qu’il arrête le bus. Commencer à courir après le bus, après qu’il ait quitté la station de bus. Sauter devant le bus en marche. Commencer à parler aux personnes qui attendent à l’arrêt de bus pendant que le bus attend que les passagers montent.

La bonne option est, bien sûr, A, mais pour une IA, toutes les options lui sembleront familières, à moins qu’elle ne dispose d’expérience, de cognition et d’intuition. C’est exactement ce qu’on veut réaliser avec ce projet. Il semble que l’IA sera un jour capable d’interagir naturellement avec les humains. Ce sera un jour effrayant, car il y a toujours la crainte que l’IA prenne le contrôle du monde et détruise l’humanité. Ce genre d’avenir dystopique me fait froid dans le dos, heureusement, l’humanité pourrait encore avoir quelques années avant d’être anéantie.

Partager sur
Facebook
Twitter
LinkedIn