TENDANCE
Sommaire

Présentez-vous comme investisseur en cryptomonnaies : il y a dix ans, c’était de la folie. Faites-le maintenant : vous voilà visionnaire ! Remerciez le boom du Bitcoin, dont le cours peut culminer à plus de 30 000 $ et les grandes ambitions que cela a pu faire naître. Dès lors, l’argent virtuel s’est lentement, mais sûrement immiscé dans notre quotidien, au point de faire éclore de nouvelles perspectives professionnelles et de faire de chaque citoyen un investisseur potentiel. Le moins que l’on puisse dire, c’est que personne ne s’y attendait. Un marché volatil, mais juteux, à hauteur de 3 000 milliards de dollars à l’échelle mondiale à la mi-juin 2021 : de là à s’y précipiter tête baissée, il n’y a qu’un pas. Plus que dans n’importe quel domaine, investir et payer en cryptomonnaies implique de bien mesurer la balance bénéfice-risque : on a vu plus d’un investisseur sur la paille à force de transactions trop hâtives.

 

Les cryptomonnaies : un marché à hauts risques…

 

Parmi les marchés “sauvages”

Malgré l’arrivée de leurs propres cartes de paiement, les tentatives de leur réglementation par les organismes financiers ou des mesures d’imposition sur leurs bénéfices, les cryptomonnaies demeurent un marché autonome, où il appartient à chacun de se constituer son capital. La force du marché elle seule, et certainement pas l’intervention d’un quelconque modérateur, détermine la valeur de chaque monnaie virtuelle.

 

Un cours volatil et imprévisible

D’un jour sur l’autre, la valeur d’une cryptomonnaie peut enregistrer une croissance ou une chute spectaculaire. En l’absence de surveillance de ses actifs, ou à défaut de veille sur les taux de change, un pécule soigneusement accumulé, mais non capitalisé, peut très vite dégringoler.

 

Assurer soi-même sa sécurité

Les transactions en cryptomonnaies ont beau être chiffrées, chacune d’entre elles se trouve consignée sur un grand livre public. En termes de transparence, c’est un argument de poids. Niveau sécurité, beaucoup moins : une adresse divulguée ou piratée, c’est une première étape vers la perte de son portefeuille virtuel. Or aucun registre central ne répertorie leurs adresses ou leurs codes. Il appartient à l’utilisateur seul de sécuriser ses actifs virtuels.

 

… dont le jeu peut valoir la chandelle

 

Payements immédiats et sans intermédiaire

Au-delà des risques inhérents à la cryptomonnaie en elle-même, le système de paiement en peer-to-peer séduit généralement par sa facilité d’exécution. En l’absence d’autorité régulatrice, les transactions passent directement d’un particulier à l’autre sans transiter par un tiers. Résultat : une transaction quasi immédiate, exonérée de frais de douane ou de dossier ! C’est bien ce qui a séduit Lyzi, dont l’objectif est de rendre les paiements en cryptomonnaies accessibles au plus grand nombre.

 

Un moyen de payement universel

Pendant un certain temps, les cryptomonnaies n’ont profité qu’aux particuliers. Leur démocratisation rapide les a nonobstant rapidement étendues vers les banques et les commerces. Les nombreux protocoles de micro-paiement mis en place ou la distribution de cartes pour en généraliser les usages en font une monnaie de plus en plus viable dans la vie courante, sur internet comme chez les commerçants.

 

La monnaie de la liberté

Pas de système de régulation signifie la possibilité de faire à peu près n’importe quoi avec les cryptomonnaies. En tant que système de transactions crypté, déflationniste et indépendant, elles s’imposent finalement comme une alternative idéale pour les réfractaires aux autorités bancaires et étatiques, ou aux partisans de la décentralisation économique. 

Partager sur
Facebook
Twitter
LinkedIn