Que devez-vous savoir sur les injections SQL ?

injections SQL

Les attaques par injection comptent parmi les types d’attaques les plus efficaces et les plus répandues. L’injection SQL est l’un des types d’attaque par injection les plus courants. Pour la réaliser, un hacker fournit des instructions SQL malveillantes par le biais de l’application. L’injection SQL est indépendante de la technologie utilisée pour l’application sous-jacente. Continuez votre lecture pour tout savoir sur les injections SQL.

Qu’est-ce qu’une injection SQL ?

L’injection SQL est une préoccupation majeure lors du développement d’une application Web. Un problème très répandu chez les programmeurs consiste à éviter les attaques par injection. En d’autres termes, il s’agit d’écrire un code sécurisé qui ne permet pas l’injection de code malveillant dans une application. Les attaques par injection résultent de l’absence de séparation stricte entre les instructions du programme (c’est-à-dire le code) et les entrées fournies par l’utilisateur (ou externes). Cela permet à un attaquant d’injecter du code malveillant dans un extrait de données. L’absence de séparation signifie qu’une application peut exécuter un code malveillant conçu par l’attaquant.

Comment les hackers exploitent SQL ?

L’injection SQL se produit lorsque l’application accepte une entrée utilisateur malveillante et l’utilise ensuite dans le cadre d’une instruction SQL pour interroger une base de données dorsale. Un hacker peut injecter des caractères de contrôle SQL et des mots-clés de commande pour modifier la structure de la requête. L’utilisation de ces caractères de contrôle avec des commandes SQL courantes permet d’accéder ou de récupérer des éléments de données à partir d’un serveur de base de données dorsal. Pour réussir une attaque, il faut qu’une application Web inclue du code malveillant d’un attaquant dans une instruction SQL. Le code malveillant provient généralement d’une source non fiable. Dans certains cas, les bases de données du système interne peuvent également être la source de données malveillantes. Lorsque des instructions SQL malveillantes sont exécutées contre une base de données dorsale, un hacker peut modifier la base de données ou y accéder.

Comment prévenir une injection SQL ?

Le seul moyen sûr de prévenir les attaques par injection SQL est :

  • la validation des entrées ;
  • et les requêtes paramétrées ;

y compris les instructions préparées. Le code de l’application ne doit jamais utiliser l’entrée directement. Le développeur doit nettoyer toutes les entrées, et pas seulement les entrées des formulaires Web tels que les formulaires de connexion. Il doit supprimer les éléments de code potentiellement malveillants tels que les guillemets simples. C’est également une bonne idée de désactiver la visibilité des erreurs de base de données sur vos sites de production. Les erreurs de base de données peuvent être utilisées avec une injection SQL pour obtenir des informations sur votre base de données. Si vous découvrez une vulnérabilité d’injection SQL, par exemple à l’aide d’un scan, il se peut que vous ne puissiez pas la corriger immédiatement. Par exemple, la vulnérabilité peut se trouver dans un code source ouvert. Dans ce cas, vous pouvez utiliser un pare-feu d’application Web pour assainir temporairement vos entrées. Plusieurs outils comme ceux de Cloud Protector sont également à disposition des entreprises pour protéger leurs données. Pour les découvrir, vous pouvez vous rendre sur https://www.cloudprotector.com/fr/sql-injection/Nous espérons que notre article vous en aura appris davantage sur les injections SQL. 

Partager sur
Facebook
Twitter
LinkedIn