La simulation vidéo des courses est passée d’une représentation amusante, voire terriblement fidèle dans les jeux, à un outil véritablement précieux, pour devenir une nécessité absolue, la technologie ne cessant de s’améliorer. Plus d’informations ici.

Le dernier exemple de cette progression est le récent test effectué par l’ex-pilote de Formule 1 Stoffel Vandoorne sur le simulateur AOTech près de Paris en préparation de la prochaine course de voitures de sport d’endurance des 24 heures du Mans en juin.

Dans le passé, une équipe pouvait mettre un pilote dans un simulateur pour mieux le familiariser avec la piste à l’avance, mais maintenant l’Automobile Club de l’Ouest (ACO) qui organise la course du Mans exige en fait du temps de simulation pour les nouveaux pilotes avant de leur permettre de courir – même pour les pilotes qui pilotaient récemment des voitures de Formule 1.

Vandoorne passera probablement encore un peu de temps à s’entraîner sur une version virtuelle de la piste avant la course de juin, mais pour être autorisé à participer, il devait remplir six conditions : se familiariser avec le circuit, faire face aux conditions météorologiques changeantes, conduire dans l’obscurité, gérer la circulation de jour comme de nuit, mémoriser les positions des commissaires de piste et effectuer un test de zone lente.

“C’était une bonne journée, ma première expérience du Mans sur ce simulateur AOTech”, a observé Vandoone par la suite. “Je ne connais pas le circuit, donc il était utile de voir comment aborder les virages, et comment gérer le trafic et les zones lentes.”

Le simulateur AOTech peut reproduire l’expérience de conduite d’une série de voitures de course, notamment les voitures LMP1, LMP2 et LMP3 du Mans, ainsi que des voitures de formule comme la Formule V8 3.5, la Formule E, la Formule 4, le GP2 et le GP3.

L’entreprise souligne que le développement continu de ses modèles de voitures et de circuits contribue à la fidélité de ses simulations. Le pilote de Formule 1 de Red Bull soutient ce point, en déclarant : “Le fait que les ingénieurs d’AOTech soient de vrais ingénieurs de piste connaissant les vraies pistes et les vraies voitures est une valeur ajoutée importante”.

Simon Pagenaud, vainqueur de la pole position de l’Indianapolis 500, a effectué d’innombrables heures de travail de développement sur le simulateur IndyCar de Honda Performance Development situé dans la banlieue d’Indianapolis afin que les équipes de clients IndyCar de Honda puissent développer leurs voitures dans le monde virtuel.

“La résistance de la direction assistée est très proche de celle de l’IndyCar, c’est donc très impressionnant et nous nous rapprochons vraiment de la réalité”, a expliqué M. Pagenaud lors de son effort de développement pour 2014.

En conduisant ce simulateur plus tard dans l’année, j’ai trouvé qu’il était impressionnant d’immersion, avec un retour réaliste du volant lors des virages et surtout lors de la conduite sur les bandes rugueuses et les bordures de piste.

Une plate-forme basculante où le conducteur est assis à l’intérieur de la coque d’une voiture de course fait un travail satisfaisant de simulation de l’apprentissage de la conduite, mais le freinage donne toujours l’impression que la plate-forme bascule vers l’avant, telle quelle.

Les divergences entre les mouvements de la plateforme et les images affichées sur l’écran enveloppant d’un simulateur sont à l’origine des problèmes de mal des transports dans les simulateurs, mais il y a quelques années encore, le système de Honda semblait avoir surmonté ce problème.

L’équipe de voitures de sport Toyota, lauréate du prix Le Man de 2018, exploite son propre simulateur à son siège allemand. Toyota décrit son simulateur comme ayant une latence de 40 millisecondes pour l’affichage vidéo et de 50 millisecondes pour la plateforme.

L’image vidéo enveloppante de 220 degrés est une combinaison de cinq projecteurs d’une résolution de 1 400 x 1 050 ppp qui se rafraîchissent à 100 HZ. La plate-forme peut se déplacer de 90 cm verticalement, latéralement et d’avant en arrière, et peut effectuer un lacet de 38 degrés, un roulis de 27 degrés et un tangage de 27 degrés.

L’entreprise déclare que “la précision de chaque voie est assurée grâce à un processus de développement exhaustif qui fait appel à l’intervention du conducteur et qui se concentre sur chaque détail, des angles de la bordure et des surfaces de la voie au paysage de fond et aux autres éléments visibles”.

Son système repose sur une plateforme de mouvement électrique à six degrés de liberté qui reproduit même l’effet des changements aérodynamiques ou mécaniques, ainsi que l’usure des pneus et les conditions météorologiques.

Le simulateur de Toyota utilise la technologie de cartographie laser pour reproduire 16 pistes différentes avec ce que la société décrit comme “un degré de précision sans précédent”.

Peut-être que ceux d’entre nous qui n’ont pas eu la chance de pouvoir prendre une voiture de Formule 1 pour faire un tour peuvent ajuster leurs objectifs pour viser un virage dans l’une de ces représentations virtuelles. Il est certain qu’un accident sera moins coûteux et plus sûr.