Les américains et britanniques demandent à Facebook comment la Libra protégera les données personnelles. Ils craignent que la cryptocriminalité ne porte atteinte à la vie privée.

Facebook savait que sa cryptomonnaie Libra serait confrontée à un défi réglementaire, mais il ne s’attendait peut-être pas à un front uni. Les autorités de réglementation des États-Unis, du Royaume-Uni, de l’UE et de quatre autres gouvernements ont demandé à Facebook de répondre à plusieurs questions sur la façon dont il protégera les données des utilisateurs. Le réseau social n’a pas  » répondu aux attentes [des organismes de réglementation] en matière de protection de la vie privée  » dans le passé, ont déclaré les responsables dans une déclaration conjointe, et Facebook devra rassurer ses utilisateurs pour la Libra.

Les régulateurs veulent savoir que la Libra disposera de « mesures robustes » pour protéger les données personnelles, y compris la transparence, des outils adéquats de protection de la vie privée et une collecte minimale d’informations. Ils veulent aussi savoir si Facebook adoptera une philosophie de  » protection de la vie privée dès la conception « , s’assurer que les responsables du traitement des données respectent les obligations, appliquent des normes uniformes dans tous les pays et expliquent comment il partagera les données avec les membres du Libra Network.

Le groupe s’attendait à recevoir des réponses de Facebook, bien qu’il n’ait pas fixé de date limite. Nous avons demandé des commentaires à Facebook.

Facebook devra certainement se pencher sur la question de la protection de la vie privée à un moment donné. Les politiciens sont même allés jusqu’à demander à l’entreprise de suspendre le travail sur Libra jusqu’à ce que cela apaise leurs craintes d’une mauvaise utilisation des données. Des déclarations conjointes comme celle-ci, cependant, illustrent l’ampleur du travail qui sera probablement nécessaire. Elle devra peut-être rassurer de nombreux pays avant que sa monnaie numérique n’ait une chance d’atteindre le public.