10 compétences clés en matière de leadership que les professionnels des RH devraient connaître

Cat : 

 

 

Qu’est-ce que les compétences en matière de leadership ?

 

Les compétences en matière de leadership sont une combinaison spécifique de connaissances, d’aptitudes et d’habiletés (KSA) qui représentent un leadership efficace au sein d’une organisation.

Ce que nous pouvons déduire de cette définition, c’est qu’il n’existe pas un ensemble unique de compétences en matière de leadership qui fonctionne dans tous les secteurs et toutes les entreprises. En fait, différents postes de direction au sein d’une même organisation peuvent exiger différents ensembles de connaissances, d’aptitudes et de capacités.  

Par conséquent, beaucoup d’organisations travaillent avec un cadre de compétences en leadership, une collection de compétences qu’elles ont identifiées comme clés pour le succès et qui est pertinente pour leurs leaders et leur organisation. Le développement de ces compétences est crucial pour une planification efficace de la succession.

 

Pouvoir comprendre et repérer ces compétences de leadership permet aux RH de prendre des décisions plus éclairées lorsqu’il s’agit d’embaucher, de développer et de promouvoir des leaders.

La Society for Human Resource Management (SHRM) distingue trois catégories de compétences, à savoir :

  • Compétences à diriger l’organisation ;
  • Compétences à diriger les autres ;
  • Compétences à se diriger soi-même ;

D’autres catégorisations sont également possibles. Deloitte, par exemple, parle de capacités développables, facteurs appris qui changent avec le temps et reflètent ce qu’un leader peut faire, et de potentiel de leadership, facteurs innés qui sont difficiles(er) à développer, stables dans le temps, et reflètent comment est une personne.

Dans cet article, nous nous en tiendrons aux catégories présentées par le SHRM. Veuillez noter que la liste des compétences de leadership ci-dessous n’est pas exhaustive et qu’une compétence peut correspondre à plus d’une catégorie.

 

Compétences à diriger l’organisation

 

1. Intelligence sociale (IS)

Selon Psychology Today, l’intelligence sociale est l’un des meilleurs prédicteurs d’un leadership efficace et donc l’une des principales compétences de leadership. L’intelligence sociale concerne notre capacité à comprendre différentes situations et dynamiques sociales. Elle comprend également notre capacité à fonctionner efficacement dans ces différentes situations sociales.

 

2. Gestion des conflits

C’est une compétence de leadership qui correspond à la fois à cette catégorie et à la catégorie  » compétences pour diriger les autres « . Elle implique d’aider les autres dans l’organisation, qu’il s’agisse de collègues leaders ou de personnes de votre équipe, à éviter ou à résoudre les conflits interpersonnels.

La gestion des conflits est liée à quelque chose que le théoricien des organisations Fons Trompenaars appelle la compétence de réconciliation. La réconciliation est, comme le dit Trompenaars, « l’art de combiner ». Plutôt que de faire un choix entre deux opinions apparemment opposées, ou de demander aux gens de faire des compromis, vous trouvez un moyen de les combiner.

 

3. Prise de décision

La prise de décision est l’une des compétences clés du leadership car elle est au cœur des activités d’un leader. Un bon leader sait quand prendre une décision par lui-même, quand consulter les membres de son équipe ou ses pairs et obtenir leur avis sur une certaine question, et, peut-être le plus important, quand prendre du recul et laisser les autres décider.

 

4. Partager une vision convaincante

La vision de l’entreprise. Ce que votre organisation veut être à un moment donné dans le futur en fonction de ses objectifs et de ses aspirations, est une raison importante pour laquelle les gens veulent continuer à travailler pour vous.  

Les dirigeants doivent être capables de partager la vision de l’entreprise de manière convaincante. Elle doit rallier à la fois les autres personnes de l’organisation et les candidats derrière elle.

 

5. Gestion du changement

Les organisations changent constamment. Certains de ces changements sont relativement petits tandis que d’autres se déroulent sur une plus longue période. Les processus d’automatisation et/ou de numérisation que connaissent actuellement de nombreuses organisations en sont un bon exemple. 

Les leaders efficaces savent comment préparer, soutenir et guider leurs collaborateurs à travers ces différents changements organisationnels.    

 

6. Compétences interpersonnelles

Les compétences interpersonnelles sont également appelées compétences relationnelles ou soft skills. Il s’agit, entre autres, de l’écoute active, de la capacité à donner et à recevoir des critiques, de la communication (non) verbale, de la capacité à résoudre des problèmes et du travail en équipe.

 

7. Intelligence émotionnelle (IE)

L’intelligence émotionnelle concerne notre capacité à comprendre les émotions des gens et les situations émotionnelles. Il s’agit également de notre capacité à comprendre et à gérer nos propres émotions.

L’intelligence émotionnelle se compose de plusieurs éléments;

  • Conscience de soi – Connaître ses forces et ses faiblesses.
  • Autorégulation – Être capable de gérer ses propres émotions.
  • Motivation – Les personnes ayant une intelligence émotionnelle élevée sont généralement aussi très motivées.
  • Empathie – Les personnes qui font preuve d’empathie et de compassion ont tendance à mieux se connecter aux autres.

8. Être un bon coach & être digne de confiance

Les leaders doivent être beaucoup de choses différentes pour beaucoup de personnes différentes. L’une d’entre elles est d’être un bon coach, non seulement pour les membres de leur équipe, mais aussi pour leurs pairs. 

Cela signifie, par exemple, savoir quand pousser (gentiment) quelqu’un à sortir de sa zone de confort, donner un retour utile lorsque c’est nécessaire, et aider les gens à trouver leur vision personnelle.  

Un mot sur la fiabilité est de mise ici, pas seulement parce que la confiance est cruciale pour une relation de coaching réussie. Elle est également vitale pour les leaders dans l’établissement et le maintien de relations solides avec les personnes qu’ils gèrent.

 

9. Inclusivité

Les bons leaders savent comment créer un environnement de travail dans lequel tout le monde se sent bienvenu. Ils s’assurent que chaque employé est traité de manière égale et respectueuse, qu’il dispose des mêmes opportunités et ressources, et qu’il peut participer et s’épanouir. En d’autres termes : les bons leaders sont inclusifs. 

Selon les recherches effectuées par la Harvard Business Review, les leaders inclusifs partagent les 6 traits suivants :

  • Un engagement visible – Pour la diversité, remettre en question le statu quo, responsabiliser les autres et faire de D&I une priorité personnelle ;
  • Humilité – Ils sont modestes quant à leurs capacités, admettent leurs erreurs et créent l’espace nécessaire pour que les autres puissent contribuer ;
  • Biais de conscience – Ils font preuve de conscience de leurs angles morts personnels, ainsi que des failles du système, et travaillent dur pour assurer une méritocratie ;
  • Curiosité à l’égard des autres – Ils font preuve d’un état d’esprit ouvert et d’une profonde curiosité à l’égard des autres, écoutent sans jugement et cherchent avec empathie à comprendre ceux qui les entourent ;
  • Intelligence culturelle – Ils sont attentifs à la culture des autres et s’adaptent au besoin ;
  • Collaboration efficace – Ils responsabilisent les autres, prêtent attention à la diversité de pensée et à la sécurité psychologique, et se concentrent sur la cohésion de l’équipe ;

10. Gestion des personnes

Lorsqu’il s’agit de diriger les autres, une bonne gestion des personnes est cruciale. Selon le niveau de leadership, cela implique le processus de supervision de la formation, du développement, de la motivation et de la gestion quotidienne des employés.

Les bons leaders donnent à leurs équipes les 5 c de la gestion des personnes : clarté, contexte, cohérence, courage et engagement.

 

Sur une note finale : 

Les compétences en leadership dépendent du secteur, de l’entreprise et même du niveau du leader au sein de l’organisation. Pour les RH, il est important de comprendre quelles sont les compétences nécessaires au succès du leadership dans leur organisation afin de pouvoir prendre de meilleures décisions lorsqu’il s’agit d’embaucher, de développer et de promouvoir des leaders. pix

Partager sur
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn