Comment l’iPhone et l’Apple Watch peuvent aider à détecter la démence ?

 

Apple continue d’étendre ses efforts en matière de santé avec une autre étude sur l’Apple Watch et l’iPhone. Apple s’est associé à Eli Lilly pour étudier si l’Apple Watch et l’iPhone peuvent être utilisés efficacement pour repérer les signes précoces de démence.

 

Les résultats de la recherche

 

Une recherche publiée cette semaine montre qu’Apple et Eli Lilly ont travaillé avec la startup de santé Evidation « pour trouver des moyens de détecter plus rapidement et plus précisément les déficiences cognitives comme la maladie d’Alzheimer à l’aide de gadgets grand public populaires. » Cinq employés d’Apple sont cités dans la recherche, tout comme cinq employés d’Eli Lilly et cinq employés d’Evidation.

 

L’étude de phase initiale s’est déroulée sur 12 semaines et comprenait à la fois un groupe de contrôle sain de 82 personnes et 31 personnes présentant des stades variables de déclin cognitif et de démence. Les personnes qui ont participé ont été invitées à éviter de prendre des médicaments susceptibles d’avoir un impact sur les résultats, et chacune a reçu trois gadgets Apple : un iPhone, une Apple Watch et un tracker de sommeil Beddit.

 

Lors de cette étude préliminaire, les chercheurs ont constaté que « les personnes présentant des symptômes de déclin cognitif tapaient plus lentement, tapaient moins régulièrement et envoyaient moins de messages texte que les participants en bonne santé. » Ces personnes s’appuient également davantage sur les applis d’assistance, montre la recherche.

 

Il y a cependant un équilibre délicat à maintenir avec ce type de recherche. L’étude n’a pas tiré de conclusions, les chercheurs affirmant que d’autres analyses sont nécessaires. En outre, les chercheurs hésitent à partager les résultats avec les patients car « il n’y a pas grand-chose que les gens puissent faire pour enrayer le déclin. »

 

Mis à part la recherche, c’est un autre exemple des efforts croissants d’Apple dans le secteur de la santé. Cette étude est la première à établir un lien entre Apple et Eli Lilly, et il est certainement possible que d’autres recherches aient lieu en ce moment même.

 

L’Apple Watch a déjà été créditée d’avoir aidé d’innombrables utilisateurs à détecter des choses comme la fibrillation auriculaire. Sa fonction de détection des chutes a également aidé les utilisateurs dans de nombreux scénarios. Apple s’est également associé à Stanford Medicine dans le cadre de l’étude Apple Heart Study, qui a été qualifiée de « plus grande étude jamais réalisée en son genre »

Partager sur
Facebook
Twitter
LinkedIn