Google interrompt temporairement les transcriptions audio Assistant dans l’UE. L’action intervient après une fuite audio dans les médias belges.

Google a interrompu la transcription des enregistrements de son assistant vocal dans l’UE. Le mois dernier, l’entreprise a été confrontée à des réactions défavorables après que 1000 conversations privées enregistrées sur son produit Google Assistant aient été divulguées à la chaîne d’information belge VRT NWS. Le géant de la technologie suspend maintenant volontairement la pratique et évalue la façon dont il effectue les examens audio, a rapporté CNBC.

Un porte-parole de Google a dit à CNBC qu’il avait mis la pratique en pause peu après la fuite de l’audio, en juillet dernier. « Nous sommes en contact avec l’autorité de protection des données de Hambourg et nous évaluons la manière dont nous effectuons des révisions audio et aidons nos utilisateurs à comprendre comment les données sont utilisées « , a déclaré un porte-parole de Google dans un communiqué.

Au printemps dernier, Google a annoncé qu’il allait déployer le support de Google Assistant dans 80 pays différents et 30 langues. Les conversations qui ont fait l’objet de fuites provenaient des Pays-Bas et de Belgique, où Google Assistant n’est disponible que depuis fin 2018. L’audio provient à la fois des haut-parleurs intelligents Google Home et de l’application Google Assistant pour smartphone. Peu de temps après la fuite, l’entreprise a publié un article sur son blogue expliquant qu’elle emploie des réviseurs linguistiques pour réviser et transcrire un petit ensemble de requêtes afin de mieux comprendre les différentes langues.

Une pratique contraire aux règles du GDPR

Google a défendu cette pratique en affirmant qu’elle ne transcrivait qu’une petite fraction (0,2 %) des extraits audio et qu’elle n’était pas associée aux comptes d’utilisateurs. Il a dit que son assistant vocal n’envoie l’audio à Google que lorsque l’utilisateur le déclenche d’une manière ou d’une autre, par exemple en disant « Hey Google ». Mais l’enquête de la VRT suggère que cette affirmation n’est pas tout à fait vraie – elle a mis au jour un total de 153 conversations enregistrées dans des cas où l’utilisateur n’a pas invité l’assistant vocal.

Certains spécialistes de la protection de la vie privée estiment que la pratique de Google Assistant est contraire aux règles du GDPR de l’UE. D’autres assistants vocaux font également l’objet d’un examen minutieux. Amazon a récemment admis qu’elle stocke ses enregistrements Alexa indéfiniment, ce qui, selon les critiques, viole les règles du GDPR selon lesquelles les données personnelles ne peuvent être stockées par les entreprises plus longtemps que nécessaire.

La suspension de la pratique par Google durera au moins trois mois, a rapporté l’Associated Press. Les autorités européennes de protection des données enquêtent toujours sur cette affaire et n’ont toujours pas ordonné d’action.